Delphine Degryse, une élue au service des SCOP

Delphine Degryse, une élue au service des SCOP

10.10.2016

Delphine Degryse est membre du conseil d’administration de l’Union régionale depuis deux ans : une charge qu’elle prend à cœur, comme tout ce qu’elle entreprend.

Delphine Degryse

Quand elle est embauchée par Izuba énergies en avril 2002, Delphine Degryse n’a jamais entendu parler du statut SCOP. « J’ai appris sur le tas ». Aujourd’hui, elle n’envisage pas de travailler dans un autre cadre. Au point de mettre son énergie communicative au service du conseil d’administration (CA) de l’Union régionale (UR) Languedoc-Roussillon. « C’est mon deuxième mandat, explique-t-elle. La première année, j’ai appris, écouté. » Véritable « militante de l’UR », elle entend maintenant passer à l’action : « je n’ai pas été élue pour faire acte de présence : je veux apporter ma contribution, faire évoluer ce que les gens pensent de l’UR. » Et des idées, la pétulante quadra, qui se sent « toujours aussi jeune » dans sa tête, n’en manque pas. « Il faut faire mieux connaître le rôle d’accompagnement de l’UR auprès des adhérents ; imaginer de nouvelles formations, bien ciblées, peu coûteuses et très courtes, parce que dans nos structures, tout le monde est débordé. »

 

Il y a quatorze ans, mère célibataire au chômage, Delphine se rend avec une copine au forum de l’emploi à Sète. Elle y fait la connaissance de Sandrine Buresi, directrice de Gefosat, « une nana géniale », qui l’oriente vers Renaud Mikolasek, « un mec super ». Développeur informatique au sein de l’association, il a monté une nouvelle structure en 2001 pour commercialiser un logiciel. Izuba a un peu plus d’un an, la co-gérante, qui a rencontré l’homme de sa vie, est en partance pour le Canada et tout reste encore à créer. Un défi comme les aime la belle tatouée au franc-parler. Officiellement recrutée comme « assistante de direction », ses missions débordent très vite ce cadre formel. Ressources humaines, comptabilité, communication : elle compose son poste au fur et à mesure. Dans ce contexte, l’accompagnement par les délégués régionaux de l’UR est précieux. « C’est un point fort d’avoir un référent : l’assurance de ne pas te planter, que tout est réglo. »

« Très carrée et honnête », selon ses propres termes, Delphine ne prend aucun de ses rôles à la légère. Quand « sa » déléguée régionale l’incite à se présenter au CA, elle passe toutes les vacances à peaufiner sa lettre de motivation : « c’était important pour moi d’expliquer pourquoi je m’engageais. » Elle devient la seule salariée associée non-gérante de cette instance décisionnelle. Réélue à l’assemblée générale de 2016, elle s’implique dans le comité de rapprochement mis en place dans la perspective de fusion des deux unions régionales de Midi-Pyrénées et de Languedoc Roussillon.

 

Après dix ans passés dans une boîte de métallurgie et une série de petits boulots peu épanouissants, la Frontignanaise aux yeux clairs a donc trouvé son port d’attache. L’aventure, entamée à Mèze, se poursuit désormais dans l’écoparc départemental de Fabrègues. C’est là qu’Izuba a fait construire en 2015 un beau bâtiment orange. Vitrine de son savoir-faire, il abrite une équipe pluridisciplinaire au service de l’optimisation énergétique et environnementale. « Aujourd’hui nous sommes 13 salariés, tous associés. » Et pour les petits nouveaux, Delphine concocte une plaquette de présentation expliquant… le rôle de l’UR, bien sûr !